La Crida per la llibertat / L’Appel pour la liberté est un espace ouvert composé d’associations, de collectifs et de personnes qui se proposent de dénoncer et arrêter la répression politique de l’Etat espagnol et veulent mettre en marche des activités et initiatives qui permettent la libération des prisonniers politiques, le retour des membres exilés du Gouvernement et de donner le support à toutes les personnes de paix qui sont victimes de représailles pour leurs idées et leurs convictions . Ils ont la ferme volonté de collaborer avec d’autres associations et plateformes de la société civile à l’obtention des objectifs que la population catalane détermine.

La Crida per la Llibertat affirme et partage les 10 points suivants :

1. Nous assumons la pleine souveraineté du peuple catalan qui a le droit de pouvoir décider démocratiquement son devenir comme peuple.

2. Nous nous engageons à ce que toutes nos actions s’inspirent des principes et des pratiques de la non violence.

3. Nous sommes conscients que la Catalogne est diverse et considérons que cette diversité est une richesse. En ce sens nous assumons comme un bien public la cohésion sociale, la démocratie, les droits humains et les droits des peuples que nous défendons.

4. Nous sommes préoccupés par le recul de la liberté d’expression dans l’Etat espagnol qui dernièrement s’est manifesté par la fermeture de webs, des perquisitions dans les locaux des médias, l’ouverture de correspondance, des convocations judiciaires ou policières à professeurs, journalistes. L’Etat est en train de dessiner un récit officiel qui disqualifie l’adversaire, au lieu de débattre avec des arguments, il présente toute forme de protestation comme une expression de violence pour de la sorte attaquer la liberté d’information.

5. Nous dénonçons les graves déficits démocratiques qui contraignent au maintien en prison préventive ou à l’exil, des leaders sociaux et politiques, sous des accusations dures de rébellion et de sédition qui impliqueraient les peines maximales du code pénal et qui sont clairement inapplicables en l’absence de violence. Nous dénonçons aussi qu’à la demande du Gouvernement espagnol se développe la croissante judiciarisation de la politique qui se traduit par une accusation générale maintenant ouverte des instructions contre 700 maires et conseiller(e)s élus du Gouvernement légitime catalan, contre son Président et contre la dernière Présidente et les membres des commissions parlementaires. Il s’agit donc d’une répression qui s’intensifie et touche des personnes d’appartenance les plus diverses.

6. Nous dénonçons l’intervention progressive dans le fonctionnement de nos institutions jusqu’à l’application traumatisante de l’article 155 qui s’est traduite par la dissolution fulminante du Parlement et du Gouvernement de Catalogne et qui représente le coup le plus fort porté à notre autogouvernement depuis la dictature franquiste.

7. Nous dénonçons que depuis les élections du 21 décembre 2017 l’activité parlementaire des personnes élues par la citoyenneté soit entravée, ce qui suppose une vulnération des droits des députés ainsi que de la citoyenneté (droit actif et passif).

8. Nous dénonçons l’impunité avec laquelle des groupes fascistes et racistes provoquent des épisodes violents tandis qu’on réprime, qu’on judiciarise et qu’on punit les voix critiques qui s’opposent aux abus de pouvoir.

9. Nous réclamons que s’ouvre une investigation où l’on puisse éclaircir les responsabilités de la répression policière du 1 er octobre contre les citoyens sans défense qui pacifiquement voulaient seulement exercer leur droit de vote.

10. Nous faisons un Appel à la Liberté au niveau étatique et international pour que se mette en place un réseau d’observateurs permanents chargés de défendre les droits humains des personnes emprisonnées ou sous jugement afin de récupérer très rapidement la liberté, la démocratie, la souveraineté de nos institutions et tous les fondements de nos droits comme peuple.

Les signataires de cet appel s’engagent à participer à la Crida per la Llibertat sous la forme de propositions, actions collectives et initiatives jusqu’au respect de nos libertés individuelles et collectives.

24 fevrier 2018